**  N° 36 - Août 2003 **

LA LETTRE MENSUELLE

Parution du 01 08 03

Pour être informé de la parution de la lettre
 et de son contenu, et bénéficier des 
avantages offerts, inscrivez-vous :

Il vous suffit d'indiquer une adresse E-Mail valide sur le : [Formulaire d'inscription]

Colette Bertot  :

Françoise Bernardi :

Expositions :   
Paysages d'Ardenne - images et émotion au Palais Abbatial de Saint-Hubert
   
Le Prix 2003 de la Jeune Peinture Belge : des médias modernes... sans la peinture  

Vera Lewijse : 

Les expositions d'été des Musées d'Anvers : sur le thème des multiples
* Panamarenko - multiples 1996 - 2003 : art, technique et imaginaire   
* Robert Filliou, gammes poétiques en multiples par le jeu du mot   
* Martin Kippenberger, multiples : réflexion enjouée sur le sérieux de l'art  

Danièle Doumont :  

Le fabuleux trésor d'Hugo d'Oignies, merveille du 12e siècle, exposé à Namur  

E. MdR :  

Félicien Jacques, simplicité du réalisme, charme de l'intimisme : la vie en somme  
Recherche et réflexion :  
 L'UCL :
L'ABC de l'examen d'un tableau : une loupe et une lampe suffisent souvent. Avec un oeil attentif !  
Réflexions sur un événement :  
Vera Lewijse :
Promenade à travers les fastes de la Biennale de Venise : coups de coeur, coups de g...  
Une aquarelliste vive et lumineuse :  
Cécile Toussaint peint les paysages de la région de Gaume : avec justesse mais aussi sensibilité et poésie  
Toujours des offres pour des livres d'art :  
Deux autres livres d'Olivier Bertrand sur Rik Wouters : le catalogue de l'expo de 2002 et un livre pour enfants
 

 Le forum : 
 Ce lien pour tous vos messages  

  Editorial      Retour au sommaire

"Vacances" : du latin vacuum, vide.  

Les vacances, devoir obligé des mois de juillet d'août qui désertifie les villes et en vide l'activité pour surcharger les paisibles bourgs provinciaux ? Nécessité physiologique pour l'esprit en état de "burn-out" de faire le vide ? Activité vide de sens et de projet ? Vidange des rayons de librairie où les meilleurs revues ont cessé de faire paraître leur édition d'août ? De tout cela sans doute, et bien plus heureusement. En tout cas, le seul vide à ne pas me donner le vertige...

Certains produisent de la matière pour occuper les longues soirées d'hiver. Le purgatoire, a dit un philosophe humoriste -ou l'inverse, c'est quand quelqu'un vous montre ses dias de vacances. Et l'enfer, c'est quand il ajoute le commentaire ! Mais quelle tristesse que ces voyageurs qui ne voient ce qu'ils visitent qu'à travers l'oeilleton de leur caméra. Rien que pour cela, l'interdiction de photographier dans les musées et les expositions serait justifiée. 

Les images des premiers congés payés, fin des années '30 en Europe, sont rafraîchissantes et presque émouvantes : de la belle propagande en somme. On a fait du progrès depuis : les autoroutes spécialement créées pour le plus grand bonheur de notre mobilité accumulent les kilomètres de bouchons. On part respirer l'air de la montagne ou de la mer, on inhale les gaz d'échappement. Les vacances balaieraient les différences sociales, parce que les structures hiérarchiques disparaissent en maillot de bain. C'est en tout cas vrai sur les routes et dans les aéroports, où rien ne ressemble plus à une voiture bloquée qu'une autre. Quant aux plages, dame Nature se charge d'y distribuer les prix. Sans mansuétude ! 

Des sociologues ont dit que les 3 "S" (sable, soleil, sexe) étaient de plus en plus remplacés par les 3 "D" (détente, divertissement, développement). On est revenu du bronzage à outrance. Le mélanome, ce cancer cutané qui peut être foudroyant, a suivi l'évolution vestimentaire. Il y a 30 ans, on l'évoquait sur le visage des marins. Puis on l'a mentionné sur la peau des vacanciers, ensuite sur les seins des dames puis sur leurs fesses. Suivez mon regard...

Je raille le tourisme saisonnier par provocation mais je suis pour. La chaleur pardonnera cette approximative légèreté de la diatribe. Et je l'ai pratiqué : je ne suis pas de ces rentiers qui peuvent partir quand bon leur semble, loger dans les hôtels de luxe où m'amène un chauffeur en livrée. Les vacances scolaires imposent de plus de partir à ce moment. J'avoue sans honte qu'il y a peu de plaisir que je goûtais autant que celui de lire ce pour quoi le temps m'avait manqué, et de sombrer dans le sommeil, le livre me tombant des mains.

Même en tournées organisées, les voyages font découvrir. Il vaut mieux voir Ephèse avec un guide bien renseigné en autocar climatisé que ne jamais la voir. Cela vaut pour Paris ou Londres en bateau-mouche : il faut l'avoir fait avant de flâner dans les rues des galeristes ou sur les quais des bouquinistes. 

Certes, il y a les traditionnels et navrants souvenirs pour touristes, mais un peu de vigilance suffit. A Carthage, on vend des piécettes romaines prétendument retrouvées dans les ruines ; elles sont fabriquées chaque année. Quoi de plus délicat dans les bagages de Turquie, pensent certains, qu'un petit "bronze" reproduisant un dieu antique. Dans la catégorie, Priape arrive premier... d'une longueur.

Nous pouvons nous esbaudir de ces dérives exotiques. Regardons chez nous. Je vais livrer un secret qui va décevoir plus d'un citadin venus écouter le brame du cerf dans les forêts d'Ardenne. Parfois, il s'agit de jeunes du coin qui le reproduisent très bien en soufflant dans les quinquets en verre d'anciennes lampes à pétrole. Essayez : c'est criant de vérité. Dans un autre ordre, je disais un jour à un excellent ami président du syndicat d'initiative local qu'il serait possible d'acheter un fameux lot de livres pour la bibliothèque municipale avec le montant du feu d'artifice annuel, parti en fumée. Il m'a répondu que tous ces livres n'attireraient jamais 15.000 personnes à Florenville. Imparable !

Les nouvelles en art se font rares en saison. Ce qui ne signifie pas que l'activité tourne au ralenti. La plupart des expositions ont été inaugurées avant, et continuent quasi jusqu'à l'automne.

Je me promenais un de ces derniers dimanches sur la digue à Knokke-le-Zoute. Sans snobisme, j'aime cette ville  ; on n'est pas obligé de passer son temps sur la place Albert (dite place matuvu pour les non-initiés). Les galeries y sont en nombre impressionnant, et beaucoup présentent de bonnes choses. Certes, d'éternels "classiques" y figurent en redondance car il faut combler des vanités. 

L'art au littoral a pris ses quartiers sur la plage ; à Knokke, Massimo Vitali a réalisé de grands panneaux représentant la plage et sa foule, placés devant la plage et sa foule : toujours la question de la réalité, de sa représentation ou de son illusion, depuis Platon. A Bruxelles, les vaches sont en ville, paisible troupeau coloré. Vera Lewijse et Françoise Bernardi vous en ont parlé. C'est une réussite que cette manière d'intégrer l'art à notre environnement. C'est courageux aussi quand on voit le vandalisme, occasionnel mais suffisant pour soulever le coeur.

Ma région n'est pas en reste, avec l'Abbaye d'Orval (l'actuelle et les ruines de celle qui fut détruite fin 18e) ou le Château médiéval de Bouillon (avec un annuel spectacle "son et lumière"), les sites qui attirent le plus de visiteurs. La place de Florenville s'agrémente des splendides sculptures monumentales d'Irénée Duriez, tandis que la Galerie Le Bercail à Izel expose les mêmes femmes en petits formats. 

Les Musées Gaumais proposent leur exposition annuelle d'été, cette année Félicien Jacques dont je parle par ailleurs. Le Festival des Contes de Chiny en juillet, la Foire aux Artistes de Chassepierre fin août, des concerts, des brocantes de village -je ne parle pas de ces horribles braderies auxquelles même Bruges sacrifie, sont de belles initiatives menées en grande partie par des bénévoles. 

Les leçons de tout cela ? Il n'y en a pas. Et certainement pas la prétention de décréter quelles sont les vacances "intelligentes" -pourquoi faudrait-il qu'elles le soient, et quels en seraient les critères ? Sauf à dire que ce sont celles où vous faites ce que vous avez envie de faire. 

Je n'ai plus l'âge de faire du sport -alibi à ma sédentarité excessive, me reproche mon cardiologue. J'admire le courage des cyclistes du Tour de France mais sans parvenir à être passionné. Je trouve que l'on perd son temps à lézarder sur une plage, mais c'est moi l'imbécile qui ne sait plus laisser couler le temps en le regardant passer. 

Oui : prendre le temps. Voilà peut-être la plus séduisante définition des vacances. Ce sont donc celles que je vous souhaite... si vous ne les avez pas déjà prises.

Cela étant (peut-être),
Une bonne visite.

Emmanuel Mons delle Roche    

Liens et notes :
(1) Chroniques de Vera Lewijse sur Beaufort 2003 Art-sur-Mer, et sur Marines côte à côte.

(2) La chronique de Françoise Bernardi sur "Art on Cows", ou Artoncows.

P.S.: Je rappelle aux néophytes de l'Internet qu'il existe au moins deux moyens de lire les textes de manière économique : imprimer la page ou la rendre disponible hors connexion.

 

 

Pour réagir 

SUR LE FORUM

ou
simplement nous écrire :

info@art-memoires.com 

  Le contenu     Retour au sommaire

Je disais les mois d'été moins fréquentés. Ce fut le cas en juillet, même si la tendance reste soutenue : plus de 96.000 pages vues, mais avec une "aspiration" de site. Ces pratiques ne me dérangent pas tant que l'aspirateur n'en fait pas un usage illicite.  

La lettre de septembre sera faste : j'en parle ci-dessous.

Les rubriques habituelles sont à votre disposition :
- la Galerie virtuelle où les artistes proposent leurs oeuvres ;
- la Bourse des particuliers pour les ventes entre particuliers ;
- les Offres et demandes d'emplois ;
- l
e Courrier des lecteurs, pour la publication de messages
  avec images ou article ;  

- et la page pour vous inscrire à la liste de diffusion

 Au  01 08 2003, nous avons :

115

fiches d'artistes décédés, complètes

1017

fiches d'artistes décédés, partielles

214

expositions temporaires, y.c. archives

15

fiches d'artistes actuels, affiliés 

6

galeries affiliées

16

salles de vente inscrites

17

musées inscrits

43

petites annonces

68

abonnés

2275

visiteurs inscrits à notre liste.

      | Recommandez ce site à un ami |

 

 

 

 

 

 

 

 

Les articles du mois :  Retour au sommaire 

L'UCL : Les techniques d'examen d'un tableau peuvent recourir à la plus haute technologie. Mais une oeil attentif secondé d'une loupe et d'une lampe peuvent déjà nous en apprendre beaucoup. C'est à cet ABC de l'examen d'un tableau que Christian Bodiaux nous initie.

Vera Lewijse a passé quelques jours à Venise. Elle nous en rapporte ses Impressions de la Biennale : ce qu'elle a aimé et ce qu'elle a ... moins aimé. Sans détours, mais avec cet esprit critique qui permet la critique.

Cécile Toussaint-Vangrunderbeek est une aquarelliste vive, colorée, sensible. Elle aussi aime sa région, décidément à l'honneur ce mois-ci : une bruxelloise en Gaume, et qui nous donne à la découvrir. Elle rejoint nos "ateliers d'artistes" et nous en sommes très heureux.

Colette Bertot nous emmène au coeur de l'Ardenne, à Saint-Hubert qui en expose les peintres : des artistes amoureux de leur région et de leur métier.

Françoise Bernardi a apprécié les questions que se posent les artistes du célèbre Prix de la Jeune Peinture Belge 2003. Et elle s'en pose une bien à-propos : mais où est donc passée la peinture ?

Danièle Doumont nous revient pour nous offrir -au regard mais c'est déjà magnifique- le fabuleux trésor d'Hugo d'Oignies : des merveilles d'orfèvrerie, de travail des émaux... qui nous viennent du XIIe siècle !

Le Musée gaumais de Virton, pour sa rétrospective d'été, rend à la notoriété un peintre qui a peu fait pour la gagner de son vivant. Mais qui mérite amplement d'être découvert : Félicien Jacques que je vous invite à voir.

 

.

Pour nous contacter :
lettre@art-memoires.com
 

 

  L'avenir            Retour au sommaire 

* Troisième anniversaire du site en septembre. Les articles sont annoncés -c'est encore trop tôt pour les chroniques. Il y aura des interviews -en tout cas une ou deux, et des personnages surprenants ; des articles de fond, des livres... 

Nous marquerons donc cette étape de richesse et d'abondance. Une étape, pas une journée de repos !

* Il est rarement fait usage de l'espace publicitaire -ou "sponsoring"- du billet annonçant la lettre. Il s'agit pourtant là d'un moyen très efficace de faire connaître une activité, une parution, un site. N'hésitez pas à me contacter pour les conditions.

* Je rappelle comme chaque mois que le postage de messages sur le forum, s'ils incluent une adresse de site, implique celle-ci soit entourée des balises [URL] et [/URL], avec le http://www.... Après, il suffit de cliquer sur votre lien pour y accéder.

A très bientôt,
Et merci de votre fidélité.

E. Mons delle Roche.

 

[Retour à l'accueil]     [Inscription à notre liste de diffusion]      [Abonnements] 

Toutes les anciennes chroniques se trouvent dans :
* nos [
archives chronologiques
* nos [archives alphabétiques]
* nos [archives thématiques
                             | Recommandez ce site à un ami |

© Copyright 2003 Mémoires. Tous droits réservés.

 

Hit-Parade